12/12/2017

01/10/17

« Les jeunes du RSMA font un travail exceptionnel à Saint-Martin »


Appelés en urgence, 260 jeunes - au plus fort de la mission - des RSMA de Martinique et de Guadeloupe viennent en aide aux sinistrés de Saint-Martin depuis le 15 septembre, dégageant axes routiers et écoles principalement.

Catégorie : Guadeloupe

Dans les rues de Marigot, ils sont bien visibles. Certains guident les engins pelleteuses, d'autres poussent des brouettes chargées d'amas de pierres, d'autres, encore, s'attellent à bâcher des toits envolés sous la puissance des vents d'Irma. Depuis le 15 septembre, plusieurs sections des Régiments de service militaire adaptés (RSMA) de Guadeloupe et de Martinique sont à pied d'oeuvre. « Ils font un travail exceptionnel » , avoue un officier du détachement militaire envoyé. Appelés à intervenir en urgence, ils ont été 260 au plus fort de la mission. Tous regagneront leurs régiments respectifs ce samedi.
Premiers sur place, les jeunes du RSMA de Guadeloupe ont été confrontés à un pays dévasté. « Il y a énormément de travail mais on voit qu'on fait quelque chose de bien », se félicite Cédric Roche, 25 ans, de la section TP conducteur d'engins, rattaché pour l'occasion, à la section bâtiment et déblaiement.
« UNE EXPÉRIENCE HUMAINE »
« On a deux missions principales : le déblaiement des axes routiers et la mise en sécurité des bâtiments qui présentent un intérêt public » , explique le colonel Sébastien Pélissier, commandant du SMA de Guadeloupe, assurant que 90% des axes principaux sont, aujourd'hui, dégagés. L'action des RSMA a permis de nettoyer plusieurs écoles, collèges ou lycées, dont l'école maternelle Jérome Beaupère du quartier défavorisé Sandy-Ground. « Dans le cadre de leur formation, les jeunes sont amenés à partir, à travailler sur des chantiers d'application. La reconstruction de Saint- Martin, dans un cadre d'urgence, entre dans cette dynamique. C'est une expérience humaine qui va les marquer, leur redonner confiance en eux et en leurs capacités sur le marché de l'emploi, qui est la finalité du RSMA » , souligne le colonel Pélissier.
10% des jeunes mobilisés sont d'ailleurs originaires de Saint-Martin. De quoi mettre davantage de cœur à l'ouvrage. L'intervention dans cette île a un côté insolite pour les régiments de jeunes antillais : c'est quasiment la première fois, dans l'histoire du RSMA, qu'un bataillon est engagé de façon autonome sur un territoire extérieur.